La note du Président Claude Quellec sur « Les incivilités envers les officiels »

Chers dirigeants, professeurs et boxeurs,

Les faits d’incivilité dans les enceintes sportives à Pouchet et ailleurs me pousse à
sensibiliser toute la famille de la boxe en général et plus particulièrement celle de la
boxe en Ile de France.

Le corps arbitral est très souvent pris à partie ces derniers temps. Des faits très graves
et inadmissibles, qui ont largement dépassés les limites de l’acceptable à l’encontre
d’un arbitre ce samedi 2 décembre 2017, ne pourront rester sans conséquences.
D’autres faits moins important envers d’autres arbitres, commis ce même jour, mais
pour le moins inacceptables trouveront une réponse appropriée et adaptée.
Le corps arbitral dans son ensemble se sentant menacé ne pourra dorénavant plus
exercer sans les garanties légitimes que vous pouvez tous comprendre.

Je soutiendrai pleinement leurs positions. En ma qualité de Président, je demanderai
très prochainement une réunion du Comité Directeur pour décider des mesures
urgentes à entreprendre en attendant que la Commission de discipline se prononce.
Je n’exclue pas la remise en question des prochaines compétitions organisées par le
CIF. Quoi qu’il en soit nous ne pourrons laisser notre discipline dans cette situation, il
en va de l’avenir de notre sport!

Une plainte judiciaire avec des preuves accablantes a été déposée. Pour rappel la
nouvelle loi du 23 octobre 2006 sur la protection des arbitres afin de leur assurer une
meilleure protection : « les arbitres seront en fait assimilés à un magistrat ou
encore un officier de police judiciaire. A titre d’exemple, les menaces ou actes
d’intimidation envers un arbitre sont dès lors punis de deux ans d’emprisonnement
et de 30 000 euros d’amende ».
J’ai conscience que la majeure partie d’entre vous ont à coeur de véhiculer les valeurs
nobles de notre discipline. Il reste toutefois une infime quantité de soi disant
dirigeants ou encadrants qui salissent notre discipline, je ne laisserai pas en mon nom
ces quelques personnes qui n’ont rien à voir avec nos fondements (le respect et le fair
play!) continuer à menacer nos arbitres ou nos dirigeants sans lesquels, je le rappelle,
nous ne pouvons et ne pourrons organiser, ni compétitions, ni galas de boxe.

A toute la famille de la boxe il est de mon devoir de vous tenir informé de cette triste
actualité et je souhaite revenir vers vous sous de meilleurs auspices en 2018.

Sportivement,
Claude QUELLEC, Président.